Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 08:08

 

P comme de Portes.

 

Le Château de Portes Gard

 

Ancêtres de Jeanne de Budos de Portes

 

 

Le Château de Portes GardLe Château de Portes Gard

Le Château de Portes Gard

 

Le château de Portes est situé sur la commune de Portes, dans le département du Gard. Il surveillait l’ancien chemin (ou voie) dit de Regordade, qu’empruntaient les pèlerins de saint-Gilles et les Croisés vers la Terre sainte sur dix lieues. Les Anduze, les Randon et les Polignac rendront hommage à l’abbé de Saint-Pierre-de-Sauve pour ce château du xie au xive siècle

 

Un peu d’histoire sur le Château…..

 

En 1052, Portes appartient à la maison des Seigneurs d'Anduze qui descendait des vicomtes de Nîmes.

 

 

XII° Siècle, Située sur le tracé de la Vieille Régordane, Portes est un péage obligé sur la route du grand pélerinage de Saint Gilles. C'est une source importante de revenus pour les Seigneurs d'Anduze

En 1209, la Croisade des Albigeois. Pierre Bernard VII d'Anduze refuse l'hommage à Simon de Montfort. Il est dépossédé de ses biens au profit de son oncle Bernard VIII d'Anduze.

En 1229, Le Languedoc rentre dans le giron du Roi de France et les Seigneurs d'Anduze lui rendent hommage.

En 1250 : Marguerite d'Anduze, Dame de Portes et de Luc épouse un Randon de Châteauneuf, Seigneur du Cheylard, de Châteauneuf et de Villefort.

Cette maison va contrôler alors la Régordane depuis Portes jusqu'en Auvergne. C'est là que passe Saint Louis à son retour de Croisade.

En 1321, Guillaume de Randon Polignac, endetté, doit céder sa terre de Portes qu'il avait hypothéquée à un Seigneur Aquitain, Raymond-Guillaume I° de Budos. Les Budos sont donc originaire de la Guyenne anglaise à l'époque.

Cette terre de Portes s'étend tout de même jusqu'à Uzès et jusqu'à Mende !! Les Budos vont la conserver pendant quatre siècles.

En 1340, André I de Budos, Seigneur de Portes, se souvenant des origines de sa famille, pactise avec les anglais. Le Roi Philippe VI le déclare aussitôt félon et confisque ses terres de Portes. Il les remet au Dauphin du Viennois (Dauphiné, d'où le nom de dauphin) qui les revend au Comte de Beaufort.

Le fils d'André I, Thibaud I de Budos, se rallie à la cause française en 1377, et le fils de Beaufort, Vicomte de Turenne est sommé de lui rendre ses biens. mais cela ne va pas sans mal et de 1377 à 1384 suit une longue période de guerres et de procès entre les deux seigneurs.

En 1384, un arrêt du Parlement de Paris restitue officiellement Portes et ses attenants aux Budos. En contrepartie, ils perdent tout ce qu'ils possédaient en Guyenne. Portes devient alors le fief principal de la famille.

 

En 1426 : André II de Budos surnommé "le fléau des anglais" participe à l'expédition qui va secourir le Dauphin futur Charles VII. De cette époque date un rapprochement de plus en plus fort entre les Budos et la royauté, par des alliances matrimoniales et par le soutien armé sans faille que les seigneurs de Portes amènent au Roi.


 

Au XVII° Siècle, la fille de Jacques I a épousé le connétable Henri de Montmorency. L'ainé de ses fils, Antoine-Hercule, est élevé à la Cour de France, avec Henri de Bourbon, Prince de Condé. En 1610, il est fait "mestre de camp" de l'armée du Languedoc, et ensuite en 1623, Vice-Amiral de France. Louis XIII le fait alors Marquis de Portes et Lieutenant du Roi en Gévaudan. Il lui donne pour mission de protéger le Languedoc contre les troupes protestantes du Duc de Rohan. Il sera tué de deux balles de mousquet au siège de Privas en 1629.

En 1651, sa fille, Marie Félice de Budos sera la dernière de la lignée. Après avoir failli être religieuse, elle se retrouve seule héritière du Marquisat de Portes. Elle va y mener de longues années une lutte sans merci contre les Protestants avant et après la révocation de l'Edit de Nantes.en 1685. Sans héritier, à sa mort en 1693, elle lègue tous ses biens aux Princes de Conti…….

 

 

Dans mon arbre….

 

Ancêtres de Jeanne de Budos de Portes

 

Jeanne DE BUDOS de PORTES, mon sosa 33523, est née en 1475 à Portes (Gard), est décédée le 3 mars 1548 à l'âge de 73 ans.

Elle est la fille légitime de Thibaud II DE BUDOS de PORTES (~ 1440-< 1501), âgé de 35 ans environ, et de Marguerite DE LESTRANGE (1451-1488), âgée de 24 ans.

 

Elle se marie avec Jean 1er D'ALTIER de BORNE (1450-1525), fils de Guigues D'ALTIER de BORNE (1420-1463) et de Bourguigne D'HERAIL (°1410)par contrat de mairage en 1498.

 

Le 6 octobre 1498 : Contrat de mariage (avec Jean d'ALTIER de BORNE) - Château de Theyrargues

 

Devant Maître Jean d'Autun

« Guillaume de la FARE, Jean de MERLE de CHAZEAUX, o ../../1460, Pierre de PLANCHAMP, Jean d'HIVERNE, Jean HÉRAIL, Jacques BILHOT, Genet BONHOMME, Prêtre, Bertrand MALBEC

Le père de l'épouse constitue en dot à sa fille, pour ses droits paternels et maternels, la somme de 2200 livres, dont 500 sont payées le jour même du contrat, tandis que le reste le sera le même jour, chaque année, à raison de 50 livres par an, jusqu'à l'expiration de ladite somme »

 

Le testament de son père établissait un droit de substitution perpétuelle en faveur de sa fille aînée Jeanne de BUDOS, mariée à Jean d'ALTIER, pour le cas où sa postérité masculine viendrait á défaillir, ce qui se produira effectivement au XVIIIème siècle, et ne manquera pas d'être cause de nombreux et interminables procès dans lesquels s'affronteront les héritiers directs de Jeanne et les princes de Conti successeurs de Marie Felice de BUDOS, dernière marquise de Portes.

C'est d'ailleurs par cette parenté qu'au XXème siècle, des milliers de gens, dont beaucoup de Cévenols, sont cousins au quatorzième degré canonique (environ) de plusieurs lignées souveraines, via les Conti et les Orléans.

Le château du Champ conserve un souvenir de cette belle alliance. C'est une ravissante fenêtre gothique à deux baies, séparées par une colonnette cylindrique et où se détachent en relief, les écussons d'Altier et de Budos, ce dernier singularisé par un lambel brochant »

 

 


                                                                                                                                                                               

 

Thibaud II DE BUDOS de PORTES,Baron de BUDOS, Maître d'hôtel ordinaire du roi Louis XI (1484), Chambellan du Roi Charles VII, est né vers 1440, est décédé avant 1501 à l'âge de probablement moins de 61 ans.

Il est le fils légitime d'André II "Fléau des Anglais" DE BUDOS de PORTES (1383-1449), âgé de 57 ans environ, et de Cécile ou Sileta LA FARE (1412-1485), âgée de 28 ans environ.

Il est Maître d’Hôtel ordinnaire de Louis XI, conseiller et Chambellan de Charles VII.

Il épousa Marguerite DE LESTRANGE le 25 nov 1471. Marguerite est née en 1451 et décèdé en 1488, à l'âge de 37 ans, fille de Mondon de Lestrange Seigneur de Davignac Seigneur de Durat.

 

 

Le 7 septembre 1501 :Testament - Château de Theyrargues

 

« Héritier – Fils Charles de BUDOS de PORTES

Héritier – Fils Guillaume de BUDOS de PORTES

Tuteur des enfants - Charles de JOYEUSE, Évêque

Tuteur des enfants - Nicolas de MALEGRAC, Évêque

Tutrice des enfants – Épouse Anne de JOYEUSE, o ../../1448

- Fils Nicolas de BUDOS de PORTES

- Fils Jean de BUDOS de PORTES, o ../../1492

- Fils Thibaud de BUDOS de PORTES

- Fils Antoine Hercule de BUDOS de PORTES

- Fille Gabrielle de BUDOS de PORTES

- Fille Anne de BUDOS de PORTES, o ../../1490

- Fille Madeleine de BUDOS, o ../../1492

- Fils bâtard Barthélémy de BUDOS

- Fille Jeanne de BUDOS de PORTES, o ../../1475

Il demande à être enterré dans l'église Saint-Privat de Rivières aux côtés de Cécile de La Fare sa mère, et de Marguerite de Lestrange sa première épouse.

Il institue pour co-héritiers des baronnies de Portes Bertrand et de Budos avec leurs dépendances, respectivement Charles et Guillaume ses fils aînés du second lit, leur cédant en indivis ses droits en Auvergne et en Limousin qu'il tient par la mort de Claude et Simone, enfants de son premier mariage.

Pour tuteurs et administrateurs des biens de ses enfants, il nomme Charles de Joyeuse, évêque de saint Flour, Nicolas de Malegrac, évêque d'uzès, et Anne de Joyeuse son épouse, puis établit un droit de substitution perpetuelle en faveur des héritiers mâles de sa fille Jeanne issue de son union avec Marguerite de Lestrange pour le cas d'une défaillance dans la descendance mâle des enfants procréés lors de son second mariage.

Il lègue à chacun de ses fils Nicolas, Jean, Thibaud et Antoine, 1000 livres, et à chacune de ses filles Gabrielle, Anne et Madeleine 1000 écus d'or. d'autres legs concernent Barthélémy de Budos, batard du testateur, Jean d'Hiverne, Bertrand Malbec, Guillaume Laurent dit Gasquet, etc...

Ce testament sera publié le 24 septembre 1509 dans le château et tour ronde de Theyrargues.

Thibaud meurt peu après avoir testé. »

 

 

 

Thibaud II de Budos , baron de Portes succéda à son père en 1449. Encore mineur, il est placé sous la tutelle de sa mère Cécile de la Fare, qui se chargera d'administrer ses biens jusqu'aux environs de 1460.

Le roi donne des lettres, le 1er octobre 1456, pour remettre Thibaud de Budos en possession de sa seigneurie de Portes.

Le 11 mars 1463, Thibaud donne procuration pour bailler un autre dénombrement de Portes Bertrand en la cour du sénéchal de Baucaire, ce que fait Privat Chaldenac dès le 29 mars suivant.

Pour leur part, restituées à la fin de la guerre de cent ans à leurs anciens propriétaires, les seigneuries de Budos et de La Mothe d'Ayran en Guyenne, sont hommagées une première fois le 22 mars 1462 à Louis XI par Thibaud de Budos écuyer, seigneur et baron de Budos et de Portes Bertrand, puis, de nouveau, le 22 février 1470.

Au cours des années 1460-1480, Thibaud semble passer le plus clair de son temps en Guyenne. C'est à Langon diocèse de Bazas, qu'il donne une procuration le 11 mars 1463, reçue par Me Bernard Guillaume

Il ne parait pas pourtant se tenir à l'écart des conflits qui opposent à cette époque le suzerain à une partie de sa noblesse. C'est ainsi que Louis XI est amené à prononcer la confiscation de la seigneurie de Portes "pour cause de désobéissance à son seigneur", et qu'il donne aussitôt cette terre à Jean du Verger, seigneur de la baronnie d'Alès et président du Parlement de Toulouse. Le 30 avril 1472, des lettres du roi permettront à Thibaud de rentrer en possession de son bien.

A cette époque, Thibaud est capitaine de deux compagnies.

Le 10 janvier 1485 Charles VIII pourvoit Thibaud de Budos d'une charge de chambellan, en considération des services rendus à lui-même et à son père, et l'appelant son conseiller et chambellan, lui donne le 22 août suivant 200 livres de rente à prendre sur la recette de Toulouse. Le 26 août 1485, Thibaud hommage Charles VIII pour sa baronnie de Portes.

Thibaud Il de Budos de Portes ayant recouvré la seigneurie de Portes, fit construire vers 1485-90, un château au mas de Theyrargues sur l'emplacement probable d'une ancienne habitation (commune de Rivières) . Cette nouvelle demeure remplacera désormais le château de Portes et celui de Saint Jean de Valériscle en tant que principale résidence des Budos en Languedoc.

 

                                                                                                                                                                             

 

André II dit "Fléau des Anglais" DE BUDOS de PORTES, est né en 1383, est décédé en 1449 à l'âge de 66 ans.

Il est le fils légitime de Thibaud DE BUDOS de PORTES (1335-1421), âgé de 48 ans, et de Marqueze de LA MANHANIE (1360-1400), âgée de 23 ans.

André de BUDOS de PORTES, seigneur de Portet-Bertrand , baron de Portes, baron de Budos 1390-1449 (Chambellan de Charles VII, Gouverneur de Bazas (1424))

Il se marie avec Cécile ou Sileta LA FARE, est née en 1412, est décédée en 1485 à l'âge de 73 ans. Elle est la fille légitime de Guillaume LA FARE et d'Almueis de MONTCLAIR.

 

                                                                                                                                                                  

 

Thibaud DE BUDOS de PORTES, est né en 1335 à Budos (Gironde), est décédé en 1421 à l'âge de 86 ans à Portes (Gard).

Il est le fils légitime d'André I DE BUDOS de PORTES (1294-1361), âgé de 41 ans, et d'Eléonore CARDAILLAC (°1310), âgée de 25 ans.

Fils d'André I, Thibaud I de Budos, se rallie à la cause française en 1377, et le fils de Beaufort, Vicomte de Turenne est sommé de lui rendre ses biens. mais cela ne va pas sans mal et de 1377 à 1384 suit une longue période de guerres et de procès entre les deux seigneurs.

En 1384, un arrêt du Parlement de Paris restitue officiellement Portes et ses attenants aux Budos. En contrepartie, ils perdent tout ce qu'ils possédaient en Guyenne. Portes devient alors le fief principal de la famille.

Il se marie avec Marqueze de LA MANHANIE, est née en 1360, est décédée en 1400 à l'âge de 40 ans.

 

                                                                                                                                                                         

 

André I DE BUDOS de PORTES, est né en 1294 à Budos (Gironde), est décédé en 1361 à l'âge de 67 ans dans la même localité.

Il est le fils légitime de Raymond Guillaume DE BUDOS (1270-1323), âgé de 24 ans, et de Clémonde de LA MOTHE (1270-1313), âgée de 24 ans.

En 1340, André I de Budos, Seigneur de Portes, se souvenant des origines de sa famille, pactise avec les anglais. Le Roi Philippe VI le déclare aussitôt félon et confisque ses terres de Portes. Il les remet au Dauphin du Viennois (Dauphiné, d'où le nom de dauphin) qui les revend au Comte de Beaufort.

Il se marie avec Eléonore CARDAILLAC, est née en 1310.

.........

 

 

Challenge de A à Z de juin 2017

 

P comme Jeanne de Budos de Portes

le 19 juin 2017

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bienvenue

  • : Le blog de karineandco.over-blog.fr
  • Le blog de karineandco.over-blog.fr
  • : Généalogie, cartes postales anciennes, dessins....
  • Contact

Bienvenue

Vous trouverez des informations sur mes Ancêtres Cévenols et Bourguignons,  mes dessins , mes photos et des cartes postales anciennes....