17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 12:31

De 1764 à 1767, une Bête mystérieuse sème la terreur dans le Gévaudan et dans le sud de l’Auvergne, tuant hommes, femmes et enfants. Des grandes battues menées par les plus grands chasseurs du royaume, se  résolurent  par des échecs.

 

Le 20 septembre en fin d’après-midi, des bergers gardent leurs moutons près du village de Pradels, entre Le Luc et Cheylard-l’Evêque. Soudain leurs chiens se précipitent vers l’orée du bois et se jettent sur un gros animal ; le combat fait rage, les pastoureaux viennent à la rescousse avec leurs bâtons et leurs baïonnettes ; il s’agit d’un loup, qui ne tarde pas à succomber sous les morsures des chiens et les coups. Ce loup étant d’une taille peu commune, les bergers espèrent qu’il s’agit de l’auteur des meurtres ; la prime promise pour la destruction du monstre serait tellement venue….Ils vont donc porter la tête du loup à M. le curé de Luc, lui demandant de certifier par écrit que c’est bien là la bête qui mangeait le monde. Sceptique, le curé se contente de rédiger un certificat comme quoi « vu la taille de e loup, il se pourrait que ce soit la Bête qui dévorait les gens, mais qu’on ne pourra en être sût que si l’on voit cesser les attaques continuelles qu’il faisait dans les environs de Luc depuis environ Huit jours » (abbé Pourcher P34)

Mais ce n’était pas la Bête. Car le 26, une fillette de treize ans est égorgée et dévorée au village des Thors, paroisse de Rocles (abbé Pourcher P34 - 1889)

 Sources livre «  La bête du Gévandan » de Michel Louis

Partager cet article

Published by karineandco - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog