Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 11:36

En cette date d’anniversaire du débarquement, je vais vous parler d’une autre date le 9 septembre 1944 : la libération de Châtillon sur Seine…..

Mon arrière-grand-père Brisbarre Georges (né le 23 mars 1891 à LaChaume 21- décédé le 26 juin 1961 à Nîmes 30 – militaire de 1909 à 1945) était présent ce jour là...

Ci-dessous un courrier du Commandant Brisbarre décrivant les événements de cette période……

« FFI, 27° Reg de Réserve, 5° Btn – 16° Cie ------ Fiche de Renseignement

Fait partie de la résistance depuis 1943 et ai organisé un service de renseignements dans beaucoup de villages environnant ma résidence.

Je me suis trouvé isolé complètement pendant la période pendant laquelle mon agent de liaison fut incarcéré ayant été arrêté.

Le 6 juin 1944 au moment du débarquement en Normandie, je me suis découvert publiquement et ai rejoint le rassemblement qui se faisait à la maison forestière du Coude (Forêt domaniale de LaChaume) ou se sont trouvés tant groupes anciens que nouveaux : Robert le Dur, Roger l’Homme, Recey sur Ource, Montigny sur Ource…

Quelques jours après la plupart de ceux arrivés étaient renvoyés chez eux, tandis que les coprs francs étaient seulement conservés et dispersés.

Tandis que le Lieutenant Vel prenait contact avec les FFI de l’Aube, j’essayais de prendre contact avec d’autres éléments de la Côte d’Or et me rendait à Aignay le Duc pour voir Monsieur Armatte.

A ce moment là ma situation était assez épineuse. M’étant dévoilé publiquement, j’étais à la merci d’une dénonciation, tandis que d’un autre côté je n’appartenais pas à un groupe régulièrement formé, ce qui m’obligea tout en continuant de m’occuper de la région où j’étais de tenir le maquis.

Enfin, mon agent de liaison libéré, je reprenais contact avec lui et je rejoignais pour le commander un groupe situé au nord du département, groupe Pothière, devenu par la suite groupe Tabou.

J’ai appris qu’un premier groupe dans la région avait été décimé dans une ferme par les allemands, et que par suite de la carence d’un organisateur, nommé Ramelet, ce groupe venait seulement d’être reformé avec de nouveaux éléments.

Je trouvai ce groupe à la ferme Vauvrac au milieu des bois ; je l’organisai militairement et l’amenai à la ferme Duhamel en même temps que je donnai des conseils à l’organisateur civil pour avoir des agents de renseignements dans tous les villages environnants.


Je n’ai ou par la suite qu’à me louer de cette organisation de renseignements car j’arrivai à connaître, dans la mesure possible, tout ce qui se passait depuis Montbard jusqu’à Chaumont, envoyaient tous les renseignements qui me parvenaient aux FFI de l’Aube, avec lesquelles j’avais organisé une liaison permanente, de nuit comme de jour, téléphonique par la gare Pethières . J’ai su par la suite confirmation que tous les renseignements envoyés par moi étaient parvenus au Grand Etat Major américain.

Etant donné la création relativement récente de ce groupe, je n’ai eu peu d’occasions d’opérer contre les allemands parce que leur circulation dans la région se faisait assez rare ; néanmoins nous avons eu à notre actif 5 allemands tués et un prisonnier, sans aucune perte par nous.

Ayant pu obtenir des FFI de l’Aube quelques effets et deux fusils mitrailleurs (car l’armement du groupe était précaire), je me disposais à opérer énergiquement contre les allemands quand les événements se sont précipités.

J’ai été avisé par les FFI de l’Aube que les américains descendaient sur Chatillon sur Seine, de prendre liaison avec eux.

Dans le Nord du département de la Côte d’Or qui ait pris contact avec les américains et je discutai avec le lieutenant commandant la section d’éclaireurs de chars, le soir même des conditions tactiques de la prise de Chatillon sur Seine.

Chatillon sur Seine fut libéré le 9 septembre 1944.

Ma nomination au grade de commandant fut faite par le colonel Claude Monot, le 9 septembre 1944. J’étais capitaine depuis septembre 1930.

Dijon, le 11 octobre 1944

Le COMMANDANT,… »

Le 9 septembre 1944 en Vidéo dans France Libre Actualités Châtillon Sur Seine

https://www.youtube.com/watch?v=ZidMCtQnFKg

Le Colonel Monot :

En août et septembre 1944, le Colonel Claude MONOT, âgé de 27 ans, commandait les FFI pour la région D (Bourgogne-Franche Comté), établit son PC à AIGNAY-LE-DUC (21). Après la libération de la région, il s'engagea pour continuer le combat.

Le 2 avril 1945, il fut tué à GRABEN en Allemagne.
Une plaque, rappelant ces faits, est apposée au mur de la mairie d'Aignay le duc.

Challenge de A à Z de juin 2014

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bienvenue

  • : Le blog de karineandco.over-blog.fr
  • Le blog de karineandco.over-blog.fr
  • : Généalogie, cartes postales anciennes, dessins....
  • Contact

Bienvenue

Vous trouverez des informations sur mes Ancêtres Cévenols et Bourguignons,  mes dessins , mes photos et des cartes postales anciennes....